D’un monde du savoir à un monde du risque ...

June 18, 2018

Les transformations permanentes des entreprises sous les coups de boutoir technologiques, économiques et sociologiques génèrent de nouveaux risques de vulnérabilité des salariés.

 

Le traditionnel équilibre « qualité du travail » et « maintien de l’emploi » est pulvérisé au profit d’une nouvelle donne, celle des trajectoires-parcours professionnels et d’employabilité.


Dorénavant, c’est la personne en dehors de son statut qu’il convient de sécuriser plutôt que l’emploi. Mais comment concilier la liberté d’entreprendre de l’employeur et la liberté de travailler et de se développer professionnellement pour le salarié ? La France, jusqu’aux ordonnances de 2017, a essentiellement joué la carte de la sécurisation, sans pour autant oser reconnaître dans l’entreprise un droit au développement professionnel du salarié en fonction de son projet personnalisé. Poussé par les jeunes générations (75 % des salariés en 2025 seront nés entre 1980 et 2000 (1)), un autre pacte social reposant sur une relation sociale de donnant-donnant entre l’entreprise et ses salariés émerge doucement : une forme de liberté négociée et la consécration d’un arbitrage personnel tout au long de sa vie, par le biais d’un compte personnalisé de ses droits sociaux, portables, transférables,
rechargeables, à abonder. Une évolution inéluctable où les assureurs auront aussi leur mot à dire !

 

Pour consulter l'article, cliquez sur l'image ci-dessous : 

 

Article rédigé pour la revue Risques de mars 2018 (N°113)

 

 

Please reload

Our Recent Posts

Se prémunir face au risque de chômage technologique

February 4, 2020

« Retraite : tous actifs » - Conférence TDTE

December 6, 2019

Synthèse du Symposium international – Juillet 2019

October 7, 2019

1/1
Please reload

Tags

Please reload